Title

Subtitle

 

                                                                 Jeff Alarie

 

Depuis l’enfance, j’ai une grande sensibilité face à la nature qui m’entoure. Tant la luminosité que l’obscurité de celle-ci forment une richesse m’offrant la liberté de création. Les interrelations entre les minéraux, le règne végétal et le règne animal me fascinent. Le lent mouvement des plantes; leurs poussées, leurs croissances, leur puissance en attente d’émancipation m’inspirent ce qui semble être l’achèvement d’une longue quête. L’observation du phénomène de renaissance, du cycle sans cesse répété de l’alternance des saisons, assouvie mon désir d’immortaliser et ma volonté de suspendre l’instant. 

 

 Influencé par ma pratique de la peinture, la ligne d’horizon est primordiale dans mon travail : celle-ci ancre les pieds au sol, attire le regard et situe l’individu dans l’espace. Actuellement, mes sculptures et installations sont constituées d’oiseaux surréalistes, de roches brutes et de plantes épiphytes naturelles. Les rosiers rappellent l’univers de l’érotisme, où l’androgynie règne par l’ambiguïté des formes, référant à la fois aux anatomies féminines que masculine. 

 

 Je souhaite souligner le contraste entre la froide inertie des métaux et la chaleureuse mobilité du vivant. L’utilisation de matières abandonnées et désuètes, une fois conjuguées à un amalgame de métaux précieux, permet d’en faire ressortir l’esthétisme et la beauté. Je façonne et forge couramment à partir de matières récupérés; l’énergie demandée pour l’extraction des minéraux étant immense, je souhaite revaloriser cette matière afin d’éviter qu’elle ne retourne trop rapidement à la terre. Ce mélange entre froideur et chaleur dans mes mises en scène encourage un dialogue avec la personne observatrice, permettant des réactions dichotomiques allant du sentiment de lourdeur à celui de légèreté, de la déréliction jusqu’aux tentations aphrodisiaques. 

 

Mes sculptures sont un hommage à la nature et à sa vitalité. Dans mon travail, on retrouve ce qui pousse, ce qui croît et ce qui se multiplie; bref, un sentiment d’éclosion, de sensualité et de luxure s’en dégage.